Louise Raszyk

Thérapeute

« Le choix de placer mes enfants dans le système scolaire Steiner-Waldorf il y a trois ans a été une décision fantastique. Entre beaucoup de choses, j’apprécie :

– L’accent mis sur l’éducation de l’enfant dans son ensemble – intellectuel, physique, spirituel, artistique, émotionnel.

– Le fait que le programme national soit enseigné à mes enfants de manière équilibrée – ils chantent, dansent, écrivent, dessinent, observent, sculptent, récitent, ce qui les aide à vraiment assimiler et intégrer les informations.

– Un système éducatif éprouvé qui existe depuis 100 ans et qui est apprécié dans le monde entier, et a montré qu’il produisait des enfants bien équilibrés, bien éduqués et capables de s’adapter à leur environnement et de réussir dans diverses carrières.

– Les enseignants sont passionnés et très engagés dans leur travail, chaque enfant est accompagné individuellement et le professeur est attentif ; la perception des enfants est clairement montrée dans les rapports scolaires et dans leur attention au progrès de chaque enfant ;

– L’école même et le parc magnifique et inspirant.

– Un fort accent sur l’écologie, l’école suit le rythme des saisons – les enfants mangent local, bio et sur place, les enfants apprennent à manipuler et apprécier les matières naturelles (bois, métal, terre, laine, coton, farine) d’une manière appropriée à l’âge. Tous les produits et matériaux de l’école sont autant que possible biologiques, naturels et de haute qualité.

– Les enfants ont une éducation strictement non religieuse mais « spirituelle » via les célébrations tout au long de l’année qui mettent l’accent sur la nature et ses cycles, et sur la communauté et la connexion.

– Les enfants développent naturellement leur confiance en eux dans un système qui n’utilise pas les résultats scolaires pour manipuler et faire pression.

– L’école est continue de la maternelle au baccalauréat et fonctionne comme une véritable communauté dans la mesure où à de nombreux moments de l’année (et même dans une certaine mesure quotidiennement) des enfants d’âges différents sont en contact les uns avec les autres.

 

J’ai toujours eu des questions sur l’école – à quoi ça sert ? Comment les écoles pourraient-elles travailler à éduquer l’enfant pour la vie, l’enfant dans son ensemble, plutôt que de simplement nourrir l’information ? Quels sont les autres aspects de nous-mêmes et pourquoi ou comment les intégrer dans le système éducatif ?

 

J’avais visité une jeune école Steiner encore en construction en Australie quand j’étais à l’université, j’ai lu Montessori, etc. Quand mon fils est né en 2007 à Paris, je l’ai inscrit dans une crèche parentale avec une approche alternative, puis la première année de maternelle dans une maternelle privée « alternative » bilingue dans le 19è. Après un an, nous l’avons transféré au jardin d’enfants public local, après avoir constaté que l’école bilingue était en réalité une affaire d’image et de marketing et qu’elle n’avait manifestement pas une bonne pédagogie.

 

Puis c’était le CP dans l’école publique locale de Paris, et trois ans dans une école primaire publique australienne. Après plusieurs années dans ces écoles, notre fils avait connu de grandes difficultés au point qu’il était à peine capable de produire du travail. Nous étions très inquiets. C’est un enfant très sensible et intelligent et les pressions d’un système que nous avons vu être très axé sur la production et les résultats, avec un programme musical et artistique presque inexistant, se sont avérées très contreproductives pour lui.

 

À notre retour en France, nous avons déménagé directement à Verrières et inscrit nos deux enfants à l’école Steiner. C’est honnêtement l’une des meilleures décisions que j’aie jamais prises, malgré les coûts (financier et logistique – déménagement hors de Paris et banlieue). Voici pourquoi…

 

La première visite que j’ai faite et la rencontre avec les enseignants a montré clairement et facilement que c’était la meilleure école pour moi où éduquer mes enfants. Les enseignants sont clairs, ouverts, capables d’écouter les parents et de converser avec eux, disponibles pour discuter de toutes les questions. Même après quelques mois à l’école, ils avaient une perception de mes enfants qui était très précise, très personnelle et reflétait leur profond engagement à accompagner chaque enfant dans leur processus. La pédagogie, qui en est maintenant à sa 100e année, est clairement éprouvée et intègre tous les aspects de l’enfant – l’intellectuel, le physique, le spirituel, l’artistique, l’émotionnel. En plus de cela, les bâtiments et les terrains de l’école sont magnifiques, absolument inspirants.

 

Après plusieurs mois à l’école Steiner, les choses ont commencé à changer, notre fils a pu mieux se concentrer, il était plus heureux, et donc il a été naturellement capable de produire un travail qui a commencé à révéler ses réelles capacités. Je dirais que les principales différences entre notre expérience du système public (en Australie et en France ) et celle de Steiner, c’est que dans l’école Steiner, il y a peu de pression et aucun jugement. C’était (généralement sous-entendu) la pression et le jugement et la honte à travers un système basé sur la hiérarchie qui empêchait de plus en plus notre enfant de montrer ses capacités réelles.

 

Notre fille a un caractère très différent et nous voulions qu’elle ait une éducation Steiner pour des raisons très différentes. C’est un enfant très compétitif qui s’efforce trop de faire de son mieux et d’être la meilleure et la première, etc. Cela peut être une source d’anxiété pour elle et nous avons estimé qu’un système qui dédramatise l’école et se concentre sur l’expérience réelle plutôt que sur les meilleurs résultats, serait le mieux pour elle. Nous avons constaté que cela était vrai. Elle est heureuse et bien équilibrée, et sa compétitivité semble simplement être présente dans son besoin de mettre toute son énergie dans ce qu’elle fait, plutôt que de le faire pour un motif (bien qu’inconscient) d’être « la meilleure ».

 

J’apprécie beaucoup le fait qu’il n’y ait pas de «notes» jusqu’à ce que l’enfant ait 14 ans. Le système français est basé sur et semble tourner autour de ce système, qui a des implications claires pour les attitudes qui s’expriment plus tard dans la vie. Nous savons que nous apprenons des modèles de comportement dans notre expérience scolaire qui informent notre capacité et notre style de réponse aux situations en tant qu’adulte, au travail, à la maison et dans notre communauté. En l’absence de notes, l’enfant peut se développer à son propre rythme, sans avoir à se comparer et à se juger ou à juger les autres en fonction de son « placement » : une confiance en soi se cultive. Cela ne veut pas dire que l’enfant peut faire quoi que ce soit ou rien, les enfants sont accompagnés de très près par les enseignants et les difficultés sont rapidement observées et résolues. La recherche a montré que les enfants diplômés des écoles Steiner ont des résultats supérieurs à la moyenne et continuent à travailler dans une grande variété de professions et de métiers, ce qui montre que le fait de donner à votre enfant une éducation globale de manière non compétitive produit des adultes « normaux » qui n’ont pas dû subir des pressions et les êtres inutiles et potentiellement nocifs.

 

J’apprécie l’importance des concerts du samedi, où chaque classe présente une partie de son travail dans l’auditorium aux parents et amis. C’est un excellent moyen pour les enfants d’être fiers de leur travail, d’être appréciés pour cela, de stimuler la connexion parent / enfant / enseignant, et pour les enfants de s’habituer à présenter leur travail sur scène devant un large public accueillant. Cet espace est également utilisé pour des productions professionnelles de pièces de théâtre pour les enfants plus âgés, et le couronnement est le «chef d’œuvre» en mars de chaque année, où chaque étudiant en terminale présente son projet personnel qui peut provenir de n’importe quel domaine.

 

L’écologie est (à juste titre) un grand mot de nos jours. Les écoles Steiner ont un système centenaire basé sur l’écologie profonde et qui se manifeste clairement dans les activités et les expériences quotidiennes des enfants. Les matériaux qu’ils utilisent sont autant que possible naturels et de bonne qualité, la cantine est locale, bio et faite sur place (ma fille ajoute – « même le miel vient de nos ruches, maman ! »), les jardins biodynamiques sont entretenus avec l’aide des enfants et de leurs cours de jardinage hebdomadaires ; il y a des poulaillers, des ruches, les enfants apprennent à manipuler des matériaux naturels d’une manière adaptée à l’âge – bois, métal, pierre, terre, laine, feutre, farine pour faire du pain. Les fêtes scolaires tournent autour du cycle des saisons, utilisant des références symboliques (mais non religieuses) aux festivités chrétiennes. Les enfants jouent tous les jours (même, autant que possible, sous la pluie et la neige) dans les vastes terrains de l’école, et les classes plus jeunes ont des visites hebdomadaires ou bi-hebdomadaires dans la magnifique forêt de Verrières qui jouxte le terrain de l’école.

 

L’école accueille des enfants et des familles de toutes confessions – chrétiennes, musulmanes, juives, agnostiques et athées, entre autres. Je suis strictement non religieuse, mais je voulais que mes enfants aient une profonde appréciation des cycles naturels de la vie et de la nature d’une manière non religieuse, et j’ai trouvé l’école exemplaire de cette manière.

Les enfants célèbrent de manière symbolique et non religieuse les festivités chrétiennes (ex. Noël comme le retour de la lumière qui est marqué au solstice d’hiver, Pâques comme fête du printemps, St Jean au milieu de l’été pour célébrer le pic de l’été, etc.).

 

Les enfants apprennent leurs sujets de différentes manières – en copiant des textes et des dessins dans leurs manuels (faits à la main), en chantant, en bougeant, en sculptant, en observant. J’ai vu chez mes enfants que cela les aide à mieux retenir et intégrer les informations qui leur sont présentées.

L’école n’est pas parfaite, comme toute institution qui fait de son mieux pour offrir une expérience optimale à un groupe de personnes large et diversifié, il y a des questions et des désaccords, etc. Mais d’après mon expérience, ces choses sont traitées de manière très humaine et adulte, avec une attention à la communication et à tous les efforts déployés pour résoudre les problèmes avec un esprit communautaire sain. »