ToutEduc, tout est dit !

‌Suite à l’article publié dans ToutEduc au sujet du rapport de la Miviludes – concernant notamment les écoles Steiner – l’ANPAPS a demandé un droit de réponse. La rigueur journalistique et l’honnêteté intellectuelle du directeur de cette publication ont fait que notre demande a été acceptée. Une telle attitude est si rare dans le milieu journalistique que je tenais à le souligner.

Pour donner suite à votre article concernant le rapport de la Miviludes, dans sa partie consacrée aux écoles Steiner-Waldorf, je tiens à réagir et vous apporter quelques informations d’importance.

En tant que président de l’ANPAPS (Association nationale pour la promotion et l’avenir de la pédagogie Steiner-Waldorf), je porte la voix de nombreux parents qui ne cessent de nous interpeller tant ils sont choqués par les informations qu’ils lisent ou entendent dans la presse au sujet de ces écoles, informations en totale contradiction avec ce qu’ils vivent au quotidien. Nous comptons près de 2000 élèves scolarisés dans les écoles Steiner-Waldorf en France et notre association regroupe les parents qui ont fait le libre choix de cette pédagogie pour leurs enfants.

Pour que vos lecteurs comprennent les motivations de ceux qui dénoncent aujourd’hui les écoles Steiner-Waldorf, il faut remonter à l’origine. Fin des années 90, des attaques en sectarisme commençaient à poindre çà et là, essentiellement en raison d’une totale méconnaissance de la pédagogie Steiner-Waldorf.

En parfaite connaisseuse des sectes ainsi que de la pédagogie Steiner-Waldorf, ma mère, Janine Tavernier, alors présidente de l’UNADFI (Union nationale des associations de défense des familles et de l’individu victimes de sectes) a apporté connaissances et rigueur sur ce sujet. Dans le même temps, grâce à la Fédération des écoles Steiner-Waldorf, la pédagogie a été soutenue par des personnalités incontestables telles qu’Albert Jacquard, Jean-Marie Pelt ou Tomi Ungerer qui voyaient en cette pédagogie un bienfait pour les élèves et leurs parents. Le ministre de l’Éducation nationale de l’époque, M. Jack Lang a également apporté son soutien à cette pédagogie : « Le mouvement Steiner est un mouvement très inventif qui a beaucoup contribué […] à faire bouger l’école et j’espère que dans l’école future (…), ces mouvements de réflexion sur la pédagogie seront beaucoup plus présents dans le système officiel. »

Tout cela a permis d’écarter légitimement les fadaises et fantasmes qui collaient parfois à cette pédagogie !

Mais lorsque ma mère a quitté la présidence de l’UNADFI, sa successeuse Catherine Picard a décidé de donner libre cours à la parole de M. Perra qui a lancé une véritable croisade contre les écoles Steiner-Waldorf. Celui-ci enseignait la philosophie dans l’école de Chatou. Non contente de relayer ses élucubrations sur le site de l’UNADFI, Madame Picard lui a ouvert l’accès à la cellule de veille sur les sectes du ministère de l’Éducation nationale. Puis, les réseaux dit “sociaux” sont entrés en jeu et M. Perra a élargi son audience.

Nous sommes extrêmement choqués de voir que la MIVILUDES a donné la parole à M. Perra pratiquement sans contradicteur alors que nous lui avions demandé rendez-vous, que celui-ci, fixé au mois de mars, a été annulé deux semaines avant sa date et que nous attendons toujours d’être reçus. En revanche, les propos de M. Perra ont été pris pour argent comptant, alors que son témoignage est marqué par le ressentiment que peut avoir provoqué son éviction. Nous dénonçons plus particulièrement la formule : « Dans ces écoles règne une sorte d’atmosphère incestuelle permanente qui peut faire perdre la tête rapidement à tout le monde », et nous nous interrogeons. Est-ce là l’aveu qu’il lui est arrivé de « perdre la tête » ?

Quoi qu’il en soit, cette accusation est intolérable au regard de l’engagement et de l’investissement des équipes éducatives, toutes tournées vers l’apprentissage et l’épanouissement de chaque élève ! Je ne vais pas reprendre une à une ses inepties, reprises dans le rapport de la Miviludes, et reprises aussi dans votre article. Je pense que vos lecteurs et lectrices ont compris l’essentiel… Ils peuvent approfondir ce sujet en lisant l’enquête réalisée par un journaliste suisse indépendant :

https://www.redacteur-independant.ch/2019/07/11/limposture-gregoire-perra/

J’ajoute simplement que celui-ci, dans un reportage diffusé dans le journal de 20h de France2 après publication du rapport de la Miviludes, a dénoncé des « inspections annoncées à l’avance, et les cours fabriqués de toutes pièces pour tromper la vigilance de l’Éducation nationale », ce qui nous paraît relever de la diffamation à l’égard des inspecteurs qui seraient ou des imbéciles ou les complices d’une prétendue secte. Nous avons dernièrement demandé à plusieurs reprises communication d’un rapport d’une inspection d’une école par la préfecture (inspection inopinée n’ayant donné lieu à aucune constatation de dérive sectaire) en vain, bien que la CADA considère que ces documents administratifs sont « communicables à toute personne qui en fait la demande » (avis du 8 septembre 2016).

Nous avons d’ailleurs été choqués de voir que, dans ce même reportage, pour représenter les écoles Steiner, la parole avait été donnée à la directrice de « L’école buissonnière », laquelle n’est pas labellisée, n’est pas reconnue par la fédération des écoles Steiner-Waldorf et qu’aucune démarche en ce sens n’a été entreprise.

J’ajoute que tout un chacun peut prendre connaissance sur notre site des très nombreux témoignages d’anciens élèves ou de parents d’élèves que nous avons recueillis. Ces témoignages sont très positifs et ne sont pas anonymes. En les lisant, vous constaterez qu’il en ressort un dénominateur commun : la pédagogie Steiner-Waldorf développe le libre arbitre, encourage l’esprit critique. C’est l’exact contraire de ce que recherche une secte !

Est-ce à dire que la pédagogie Steiner-Waldorf est parfaite ? Sans doute pas, mais elle est bienveillante et tournée vers l’épanouissement et la réussite des élèves. Elle transmet aussi le sens de l’engagement, le sens du respect mutuel ainsi qu’un sens profond du respect de la nature ! Pendant ce temps-là, la Scientologie bâtit son futur siège en face du stade de France.

L’association que je préside et la Fédération des écoles Steiner-Waldorf renouvellent leur demande de rendez-vous à la Miviludes ainsi qu’au ministère de l’Éducation nationale pour qu’ensemble, nous mettions “cartes sur table” afin d’améliorer ce que nous pouvons améliorer, clarifier ce que nous devons clarifier, et envisager l’avenir de l’École dans le respect de tous les élèves et parents d’élèves, et le respect de tous les courants pédagogiques qui obéissent aux lois de notre République.

Nicolas Tavernier, président de l’ANPAPS.